Le smic pour l’europe

QUE CACHE CETTE DEMARCHE ?

Salaire minimum : Etats membres et eurodéputés s’entendent sur un cadre commun à 21
7 juin 2022
Un accord entre le Parlement européen et les négociateurs des Vingt-Sept prévoit une timide évaluation du salaire minimum chez les 21 Etats où il existe… sans l’imposer aux six qui n’en disposent pas.
Les négociateurs des Etats membres et du Parlement européen ont trouvé le 5 juin un accord sur des règles communes pour garantir dans chaque pays un salaire minimum assurant «un niveau de vie décent», sans être identique dans toute l’UE.
Le texte prévoit des règles contraignantes pour les 21 pays de l’Union européenne déjà dotés d’un salaire minimum afin de favoriser son augmentation, en imposant une plus grande transparence sur la manière de le déterminer, mais il ne fixe pas de seuil minimum européen uniforme.
En outre, il n’oblige pas à introduire un salaire minimum dans les six pays qui n’en disposent pas et où les niveaux de revenus sont déterminés par la négociation collective (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède).
La Suède et le Danemark ont averti le jour même qu’ils s’opposeraient au texte. Cela ne devrait pas empêcher son adoption, à la majorité qualifiée des Etats, lors d’une prochaine réunion du Conseil.
Dans un communiqué, le Parlement explique que les 21 Etats concernés devront évaluer si leur salaire minimum légal existant est suffisant pour assurer un niveau de vie décent, compte tenu de leurs propres conditions socioéconomiques, du pouvoir d’achat via un panier de biens et services à prix réels, ainsi que «des niveaux nationaux de productivité et de développement à long terme».
Les gouvernements peuvent également appliquer des valeurs de référence, comme «60% du salaire médian brut  [ou] 50% du salaire moyen brut», selon l’accord, qui prévoit aussi une augmentation accrue des contrôles et inspections.
«Grâce à cette loi, nous réduisons les inégalités salariales et faisons pression pour que les travailleurs les moins bien payés d’Europe bénéficient de salaires plus élevés», s’est félicitée l’eurodéputée néerlandaise Agnes Jongerius (S&D, socio-démocrates), co-rapporteur du texte.
De 332 à 2 202 euros
L’accord est basé sur une proposition présentée en octobre 2020 par la Commission européenne pour lutter contre le «dumping social» au sein de l’UE et encourager une convergence «vers le haut» des niveaux de rémunération.
La nouvelle législation entend également renforcer le poids de la négociation collective : les Etats dans lesquels moins de 80% de la main-d’œuvre est protégée par une convention collective seront contraints de créer un plan d’action pour augmenter progressivement cette couverture et impliquer davantage les partenaires sociaux dans la révision régulière du salaire minimum.
Les Vingt-Sept sont historiquement très divisés sur le sujet en raison de la diversité des systèmes nationaux de fixation des rémunérations. Les salaires minimum varient grandement au sein de l’UE, allant de 332 euros en Bulgarie, à 2 202 euros au Luxembourg, selon des chiffres de 2021.

A surveiller…….

Climat et démographie, Génocide au bout….

« Ou bien on régule nous-mêmes, ou bien ça se fera par des pandémies, des famines ou des conflits », prévient Jean-Marc Jancovici

On comprend mieux se qu’il se passe maintenant , tout est fait pour dépeupler , vaccins poisons, guerre , famine, faire croire que nous sommes de trop, stériliser les jeunes générations, contrôle de la population restante…..

Visionnez et écoutez bien , ils ne se cachent plus , tout est dit, ceci est un plan médiatique et surtout bien ficellé, cachés derrière des fausses pandémie , plutôt des empoisonements des peuples et tout est bien préparé pour réduire la population mondial , et sa passe tranquille

L’écologiste et président du Shift Project s’est dit favorable à une forme de régulation des naissances « partout » dans le monde.

La nouvelle propagande :

« La nature, la planète, n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants sur Terre ad vitam æternam vivant comme aujourd’hui », a indiqué Jean-Marc Jancovici, président du groupe de réflexion The Shift Project, lundi 23 mai sur franceinfo. Selon lui, la question démographique et sa régulation doit être posée, en France et partout dans le monde, si l’on veut réduire les émissions de gaz à effet de serre et l’impact du dérèglement climatique sur nos sociétés.« La seule question c’est comment va se faire la régulation, a-t-il poursuivi. Ou bien on essaie de la gérer au moins mal nous-mêmes, ou bien ça se fera de manière spontanée par des pandémies, des famines et des conflits. »

Jean-Marc Jancovici se dit convaincu qu’il « vaudrait mieux s’en occuper et en discuter, même si c’est un débat difficile ». Et se dirigers vers une réduction de la natalité. Pour le président du groupe de réflexion The Shift Project, la France « a déjà commencé un peu à le faire », avec en moyenne « moins de deux enfants par famille », et une politique moins nataliste. Notamment via l’impôt sur le revenu. « On a une fiscalité qui est moins nataliste qu’elle ne l’était avant », a-t-il ajouté.

Selon lui, il faut changer notre approche de la natalité et l’importance accordée à la taille de la population d’un pays. « Dans une vision économique et historique du monde, on considérait que la population, c’était la puissance, la taille de l’économie et la taille de l’armée. Dans un monde où on commence à être gêné aux entournures, il faut modifier ce rapport qu’on a à la taille de la population. »

Plus le mensonge est gros plus sa passe


a suivre

PROJET SATANIQUE JUDEOBOLCHEVIQUE

024725476172/pY9CXYtZ3Y?=http://024725476172/pY9CXYtZ3Y?=

https://crowdbunker.com/v/pY9CXYtZ3Y

https://crowdbunker.com/v/pY9CXYtZ3Y

Est-ce que vous commencez à comprendre ? Voyez-vous le plan satanique qui se déroule sous nos yeux endormis ? une compilation pour vous, ici des informations récentes avec la guerre qui commence en Ukraine… et des informations plus anciennes qui parlaient de ce projet satanique d’Eurasie et de son exécutant, le Russe Alexandre Douguine, le personnage russe le plus important après Poutine.

Famine potentielle en vue. Et si elle était organisé ?

Aucun hasard n’explique le cataclysme qui frappe l’humanité. Les évènements convergent vers la mise de l’humanité sous dépendance sévère, notamment en matière de produits de première nécessité.

Une guerre directe et indirecte est livrée à ce qui concerne, de bout en bout, le flux d’activités dédié à l’agriculture. Et tout le monde devrait y être attentif car le sujet concerne la survie des populations. plusieurs informations vont vous être livrées ici et vous déciderez de la conclusion.

La Russie est le plus gros producteur de blé

Vous vous inquiétez des risques de pénurie d’hydrocarbures et vous avez raison. En Allemagne on prépare les esprits à ce qui s’en vient. On produit même des clips publicitaires montrant une personne âgée qui attend des invités mais qui a en même temps froid. Finalement, tout le petit monde va s’installer avec des couvertures sur les jambes. Didactique.

Toutefois, le boycott russe cache autre chose. Regardez qui est le premier producteur de blé européen. La Russie suivie de la France. En 3ème position arrive loin derrière l’Allemagne. Le boycott de la Russie signifie qu’on pénalise non seulement l’économie et les activités par manque d’hydrocarbures, mais aussi par réduction de la matière première de base de la population: le blé

Cela signifie que les causes qui mènent aux pénuries d’hydrocarbures russes mèneront à une pénurie de blé. Cela revient à ôter le pain de la bouche des pauvres. Le sujet est donc vital à moins que l’on soit d’accord de fermer les yeux sur le sort des « inutiles », version Laurent Alexandre et son alter ego israélien Yuval Harari.

Alors que le prix du blé explose pour le consommateur de base créant une hyperinflation, regardez ce qui se passe simultanément. Les exportations russes chutent et les prix baissent mais ne profitent pas aux populations! C’est donc une hyperinflation organisée

https://www.spglobal.com/commodityinsights/en/market-insights/latest-news/agriculture/020122-russias-2021-22-wheat-exports-fall-21-on-year-prices-decline

Il n’y a pas d’hyperinflation au sens où nous l’entendons habituellement parce que la vitesse de circulation de la masse monétaire flirte avec le zéro! On a beau augmenter la masse monétaire, si la vitesse de circulation de la monnaie est proche de zéro, il ne devrait pas y avoir hyperinflation.

https://lilianeheldkhawam.com/2021/04/03/liquidation-des-banques-de-lepargne-et-des-monnaies-nationales-nouveau-paradigme/

Et ce malgré l’accroissement de création de monnaie grâce aux dettes dues au Covid. Car voici les bénéficiaires de ces nouvelles montagnes de dettes:

C’est vers les tenants des marchés de la haute finance ( vaccins) que l’argent nouvellement créé afflue.
Alors pourquoi cette hyperinflation soudaine? La pénurie organisée.

Parce que l’on réduit artificiellement la disponibilité des produits sur le marché. La chose est d’autant plus facile que le marché est devenu oligarchique grâce au soutien des banquiers centraux et des dirigeants politiques. Les prix ne sont pas un résultat sain de l’offre et de la demande. Les gagnants du Nouveau Monde fixe les prix comme ils veulent.

Voici ce qui était écrit déjà en 2019 dans Coup d’Etat planétaire:

Les subventions monétaires directes ou indirectes sont hélas méconnues du public.Elles sont les principales sources qui alimentent le marché de manière antilibérale. Fournies par les banques centrales, elles sont donc illisibles par le commun des mortels. La politique monétaire dite non conventionnelle, appelée QE, ainsi que les taux d’intérêts négatifs constituent une irrigation de ce marché financier global qui n’en finit pas de dévorer les finances des Etats et des populations locales.

Les intérêts négatifs, imposés par certaines banques centrales telles que la BNS (-0,75%), constituent un puissant vecteur qui fausse la libre-concurrence, puisque tous les débiteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Plus on descend dans les cotations des entreprises, et plus le coût du crédit augmente, jusqu’à arriver aux petits agents économiques locaux qui peinent à obtenir des crédits, malgré un carnet de commande garnis. Des conditions inégales de financement qui pénalisent les coûts de revient des producteurs non financiarisés.

Alors, libéralisme ou soviétisme ?Les Etats qui privilégient les gros agents économiques, pratiquent le favoritisme. Sommes-nous plutôt confrontés à un détournement de fonds publics, puisque les attributions d’aides et subsides se font sans le consentement des véritables propriétaires qu’est le public-contribuable et en violation du principe d’économie de marché consigné dans de multiples textes de lois ?  Baignons-nous dans un système politique antiéconomique jouant contre l’économie réelle locale et la survie des populations ? … Rien ne nous empêche d’imaginer l’avènement de restrictions et de pénuries qui frappent aussi bien les biens de première nécessité, que les produits de consommation, sans oublier le monde de l’emploi….

Maurice Allais: éminent économiste et prix Nobel. « (…) Mais c’est là oublier que l’économie de marché n’est qu’un instrument et qu’elle ne saurait être dissociée de son contexte institutionnel et politique et éthique. Il ne saurait être d’économie de marché efficace si elle ne prend pas place dans un cadre institutionnel et politique approprié, et une société libérale n’est pas et ne saurait être une société anarchique. » Un homme de gauche relevait d’ailleurs avec ironie qu’il était surprenant que les autorités nationales fassent appel à des mécanismes socialistes, pour ne pas dire communistes, pour enrichir une minorité.  La méthode pratiquée n’est ni capitaliste, ni libérale, ni communiste. Il s’agit d’une espèce de privatisation du soviétisme, un néo-soviétisme. Celui-ci serait le fruit de l’agencement d’une myriade d’organismes autonomes, car dotés de structure juridique, et qui plus est offrent l’anonymat aux bénéficiaires finaux…

Coup d’Etat planétaaire 2019

La Suisse fait face actuellement à une pénurie de certains médicaments », RTS, août 2018

Pas de hasard donc. Les pénuries sont le fruit d’une part de l’accaparement par la poignée d’individus qui se sont appropriés l’ensemble des processus d’activités industrielles, des ressources naturelles, etc.. Et d’autre part, leur liberté absolu de fixer des prix aussi élevés qu’ils souhaitent. Quand ils augmentent les prix artificiellement, il s’agit de vol et non d’hyperinflation……

Nous faisons face à un ennemi biblique historique.
Il n’y a rien de nouveau ici,c’est une répétition biblique d’un petit groupe d’oligarches psychopathes qui croient avoir le droit de décider de combien de gens peuvent vivre sur Terre et qui peut être libre.
Ils nient l’existence de Dieu et le caractère sacré de la vie humaine.
La seule raison pr laquelle ils existent c’est qu’on les laisse exister.
Remettons en cause le caractère sacré de la vie humaine,du genre,du mariage. Il a été érigé l’immoralité et la diablerie en lois.
Et cela crée un vide où la dégénérescence prospère.
Ns devons dc affronter l’ennemi sur plusieurs fronts.
Déjà ns devons faire un travail interne et réconcilier les cœurs humains avec le Créateur et rejeter le Dieu de la Science,de la technologie,de la spéculation(…)
Et d’un côté ce »Great Reset »y contribue car les gens se rendent compte qu’ils ont placé leurs espoirs sur des gouvernements,science,et été manipulés. »

Les États-Unis et l’Otan préparent une attaque chimique ou nucléaire pour accuser la Russie 

Igor Kirillov, général russe

Igor Kirillov, commandant de la Force de protection chimique et biologique des forces armées russes, a déclaré que l’Occident envisageait d’utiliser des armes de destruction massive en Ukraine pour accuser la Russie et l’isoler. Sur la base de ce rapport, il est indiqué que les États-Unis et les pays de l’Otan explorent trois options provocatrices, notamment l’utilisation efficace d’armes chimiques, d’armes biologiques ou d’armes nucléaires en Ukraine.


Habitués et passés experts des opérations sous faux drapeau comme en Irak, les États-Unis et l’Otan ont un objectif bien précis : accuser la Russie d’utiliser des armes prohibées, afin de l’isoler économiquement et politiquement, en l’excluant des organisations internationales telles que le Conseil de sécurité de l’Onu. Se référant aux « déclarations provocatrices régulièrement émises en mars et avril par les dirigeants des pays occidentaux concernant le danger de l’utilisation par la Russie d’armes de destruction massive« , Igor Kirilov a fait remarquer : « Nous attirons votre attention sur le fait que ce sont les États-Unis qui ont déjà utilisé ces projets plus d’une fois pour atteindre des objectifs politiques ».

« Le 21 avril 2022, un drone ukrainien a largué un conteneur avec des ampoules sur un site des forces russes. Une fois détruit, il était prévu qu’une réaction chimique se produise qui provoquerait une explosion et un incendie avec la libération de substances toxiques ne figurant pas sur les listes établies par les accords. » Selon Igor Kirillov, le contenu des ampoules est analysé chimiquement dans le laboratoire 27 du Centre scientifique du ministère russe de la Défense, accrédité par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques . « Les résultats de l’analyse seront envoyés à son secrétariat technique, selon les procédures établies. »

LA MARQUE DE LA BÊTE ARRIVE…..

Avec son nouveau décret, la France fait un pas de plus vers le crédit social à la chinoise.

Emmanuel Macron n’aura pas perdu de temps. Seulement quelques heures après son élection, un décret autorisant la création d’un nouveau système baptisé Service de garantie de l’identité numérique (SGIN) a été publié. Le portefeuille d’identité numérique arrive en France…

La Commission européenne à la manœuvre

En juin 2021, la Commission européenne a exprimé le souhait de créer une identité numérique pour tous les Européens. Pour cela, elle souhaite la mise en place d’un portefeuille européen d’identité numérique permettant de stocker et de gérer des documents officiels grâce à une application mobile.

Bon élève, la France est donc sur le point de lancer son portefeuille d’identité numérique. Le décret, signé par Jean Castex et Gérald Darmanin, permettra aux possesseurs d’une carte d’identité équipée d’une puce NFC de conserver leurs documents officiels dans leur portefeuille numérique, afin de s’authentifier auprès « d’organismes publics et privés ». Il pourra être utilisé pour « des services en ligne proposés par des fournisseurs liés par convention à FranceConnect », ainsi que pour « générer des attestations électroniques comportant les seuls attributs d’identité dont il [l’usager] estime la transmission nécessaire aux tiers de son choix ».Une traçabilité du citoyen ?

D’après le texte, l’application associée au SGIN pourra traiter de nombreuses données personnelles, comme le nom, le prénom, la date de naissance, la photo, l’adresse mail ou encore l’adresse postale. En juin 2021, la Commission européenne, pour illustrer l’utilisation de son portefeuille d’identité numérique, avait donné l’exemple de Myra qui « fait la queue devant une boîte de nuit et [à qui] le vigile […] demande ses papiers. Au lieu de présenter sa carte d’identité, elle utilise son portefeuille d’identité numérique européen ». Le gouvernement pourra donc savoir que Myra est allée en boîte de nuit ce soir-là. Le gouvernement ne pourrait-il pas finir par trouver que Myra va trop souvent en boîte pour une demandeuse d’emploi ?

Un portefeuille numérique à points à Bologne ?

L’Italie va également instaurer un portefeuille d’identité numérique. En effet, la ville de Bologne a lancé le « portefeuille du citoyen vertueux ». Son fonctionnement s’apparente au mécanisme d’une « collecte de points de supermarché », par lequel « les citoyens seront récompensés s’ils trient leurs déchets, utilisent les transports publics, gèrent bien leur énergie, ne reçoivent pas d’amende de la municipalité et sont actifs avec la carte culture. Le comportement vertueux correspondra à un score que le Bolognais pourra ensuite « dépenser » pour obtenir des prix en cours de définition ».

L’instauration de ce portefeuille numérique peut entraîner de nombreuses dérives autoritaires, transformant ce portefeuille en pass, accordant des bons ou des mauvais points selon vos comportements. Si vous ne rentrez pas dans le moule, vous deviendrez des sous-citoyens avec moins de droits que les autres. C’est le choix qu’a fait la Chine en instaurant une dictature numérique avec son crédit social, et c’est le chemin que prend l’Europe……