À propos

Vous êtes-vous parfois demandé comment des attitudes et des pratiques longtemps tenues pour intolérables devenaient en peu de temps socialement acceptables, et même «  recommandables  » ? Les planificateurs du Nouvel Ordre Mondial ont une stratégie commune parfaitement cohérente et rodée, qu’ils mettent en œuvre consciemment, systématiquement, avec une parfaite persévérance. Cette stratégie-là a été appliquée en Allemagne dès 1920, pour faire accepter l’euthanasie et le meurtre ( par personnel médical interposé ) des éléments dits inférieurs, indésirables ou improductifs de la société. C’est un processus en six étapes, une sorte de viol organisé de l’opinion publique. Il devient suprêmement efficace dans toute société qui rejette le Dieu d’Israël et les Ecritures Saintes, toute civilisation qui méprise l’analyse critique au profit du subjectivisme, cessant de développer chez les jeunes générations la faculté de penser vigoureusement, analytiquement, et objectivement. Dans ce vide viennent s’engouffrer les «  valeurs  » du satanisme, c’est à dire : le culte du moi, la convoitise et l’orgueil ; la sensualité débridée, la colère, le désir de dominer sur autrui ou d’être soi-même dominé ; l’attachement immodéré aux biens de ce monde ; le mépris de la vie humaine, ce don de Dieu ; la crédulité à l’égard des hommes, et la religiosité idolâtre ; le culte de la violence, du meurtre, et de la mort.

Quand on ne peut pas dire la vérité aux gens, on est obligé soit de se taire, mais ça suscite la méfiance, soit de leur dire des conneries, c’est-à-dire de les prendre pour des cons. Il faut alors leur apprendre en plus à rester cons, ce qui n’est pas une mince affaire, surtout quand le réel vient régulièrement démentir la propagande.
 
C’est le cas de nombreux parents avec leurs enfants. Si par exemple papa quitte maman, si on ne veut pas traumatiser les enfants, eh bien il faut un peu arranger la réalité, dire les choses homéopathiquement. Ce n’est pas à proprement parler un mensonge, c’est une façon de dire la vérité par petits bouts, comme une intégrale en mathématique.
Pour un gouvernement, les choses sont autrement ardues : plus la vérité est impossible à dire, par exemple que le covid est une embrouille pour soumettre le pays à la dictature néolibérale, plus on doit augmenter le niveau de mensonge. C’est ce qui arrive actuellement à la propagande, qui assène des slogans de plus en plus idiots et des idées de plus en plus farfelues, qui se tamponnent en permanence. Ça finit forcément par se voir, même parmi les couches les moins lucides.

Tout finit par se savoir

Des problèmes surgissent : dire la propagande ne suffit pas, il faut aussi entretenir la connerie, ou l’ignorance, ce qui provoque des effets secondaires inattendus, ou désastreux. Par exemple, à un moment donné, les gens à qui on a trop menti sentent que quelque chose ne colle pas, dans leur tête. On appelle ça dissociation cognitive : Véran parle d’une pandémie archimortelle, pendant que des lits de réanimation sont fermés en douce pour créer une saturation artificielle et confirmer le discours officiel. Les soignants sont confrontés à cela, ils ont des familles, cela parle, échange, et finit sur les réseaux sociaux.
 

Les Français, depuis janvier 2020, sont volontairement embrouillés, désorientés par leurs dirigeants. Du coup, la propagande a encore plus de mal à entrer dans les têtes : nos compatriotes sont moins réceptifs, à l’image du téléspectateur de TF1 devant la pub, quand le cerveau a été préparé par un programme décontractant., un programme qui doit lever les barrières défensives naturelles. C’est pourquoi, afin d’asseoir l’idée d’une pandémie, le pouvoir a empêché les Français de sortir, de s’aérer, de faire du sport, bref, d’entretenir leur immunité. Sans parler du travail de sape mental que tout le monde a subi avec plus ou moins d’efficacité.
Identifier la saloperie (on pourra préférer l’expression ingénierie sociale, plus académique) ne suffit pas, mais c’est déjà un grand pas vers la protection de son immunité cérébrale. Quand on devine la stratégie de l’adversaire, tout devient clair dans son jeu. Ça ne veut pas dire qu’on va gagner, mais ça veut dire qu’on ne peut plus perdre aussi facilement, et en écrivant cela on pense aux gens qui se sont couchés devant les injonctions de la dictature avec une facilité confondante. Les millions de vaccinés (on ne compte pas les faux vaccinés, et il y en a un paquet) qui ont lâché le combat, par ignorance, lâcheté, fatigue…

Assez blablaté, passons aux exemples concrets de propagande qui se tire une balle dans la patte.