ces expériences grandeurs nature

Plus le temps passe plus cela devient très inquiétant toutes ces expériences grandeurs nature… Les signaux inquiétants de pharmacovigilance concernant l’utilisation des vaccins Covid chez les femmes en âge de procréer qui montrent qu’ils nuisent à leur fertilité, est, d’une manière différente aussi d’actualité chez les hommes !! Cela fait-il partie d’un programme de dépeuplement ou est-ce « simplement » une terrible erreur ?!

Les propres documents de Pfizer et d’autres études médicales montrent que les ingrédients du vaccin à ARNm peuvent être transférés d’une personne à une autre par le biais de fluides corporels, par contact peau à peau, par inhalation ou par rapport sexuel. C’est-à-dire que la « diffusion » du vaccin peut se produire par contact sexuel, y compris par exposition au sperme.

À l’attention des hommes, pour un consentement dit éclairé, en d’autres termes, selon les propres documents internes de Pfizer, un homme vacciné peut exposer ses partenaires sexuels aux ingrédients du vaccin, via l’éjaculation. D’autant plus que Pfizer n’a pas testé la « toxicité pour la reproduction masculine ». La toxicité pour la reproduction masculine est définie comme des effets indésirables (impacts négatifs) liés à la fonction sexuelle et à la fertilité chez l’homme adulte. Pfizer n’a pas non plus testé les effets indésirables du sperme des hommes vaccinés sur le développement de leur progéniture. Les ingrédients du vaccin à ARNm voyagent dans tout le corps et se rassemblent dans les organes, y compris dans les testicules. Un effet indésirable connu, lié à cette forme de vaccination, est que les vaccins à ARNm produisent des « anticorps anti-spermatozoïdes », c’est-à-dire des anticorps qui traitent le sperme comme un « envahisseur » et l’endommagent ou le tuent. Les vaccins à ARNm provoquent une chute vertigineuse de la concentration de sperme et du nombre total de motiles… Donc, en supprimant la discussion de ces informations, les agences de santé publique, les professionnels de la santé et les gouvernements du monde entier ont nié et continuent de refuser aux hommes (autant qu’aux femmes) un véritable consentement éclairé.

Forcément, les hommes de l’essai Pfizer acceptaient de s’abstenir de rapports hétérosexuels avec des femmes en âge de procréer ou bien, s’ils avaient des rapports avec des femmes susceptibles d’avoir des enfants, ils acceptaient d’utiliser un préservatif et étaient conseillés d’ajouter une méthode supplémentaire efficace de contraception. Les constructions de l’étude de Pfizer concernant l’abstinence totale de relations sexuelles avec des femmes susceptibles d’avoir des enfants, ou bien l’utilisation à la fois de préservatifs et d’autres moyens de contraception, suggèrent que Pfizer soupçonnait que l’éjaculat des hommes vaccinés pouvait affecter à la fois les femmes et les enfants à naître, conçus pendant l’essai ou après…

RASSURANT, NON ?

Pfizer, FDA, CDC ont caché des dommages prouvés à la qualité du sperme masculin, à la fonction des testicules, à partir d’ingrédients de vaccins à ARNm

https://behindthefdacurtain.substack.com/p/pfizer-fda-cdc-hid-proven-harms-to

Pour mémoire, cette étude israélienne montre une réduction significative de la motilité des spermatozoïdes (~20%) chez les jeunes hommes plusieurs mois (!!!) après avoir reçu leur injection Pfizer (Juin 2022) via https://t.me/vivrecorrectement/3767

VACCINS AUTO-DISSÉMINÉS ? La menace des vaccins à propagation automatique est bien réelle. Via https://t.me/vivrecorrectement/3608

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s