Armes silencieuses pour guerres tranquilles partie 4: Introduction théorique

 Introduction théorique

« Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,
et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. »


Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)        La technologie actuelle des armes silencieuses est une extension d’une idée simple découverte, succinctement exprimée, et effectivement appliquée par Mayer Amshel Rothschild. Mr Rothschild découvrit le composant passif manquant de la théorie économique, connu sous le terme d’induction économique. Bien sûr, il ne pensa pas sa découverte en ces termes du 20 è siècle, et l’analyse mathématique dut attendre la Seconde Révolution Industrielle, l’avènement des théories physiques et électroniques, et finalement, l’invention de l’ordinateur électronique, avant d’être effectivement mise en application dans le contrôle de l’économie mondiale.
 

 Energie : la découverte de Mr Rothschild        Ce que Mr Rothschild avait découvert était le principe de base du pouvoir, de l’influence, et du contrôle sur les gens tel qu’il est appliqué à travers l’économie. Ce principe est: « lorsque vous prenez l’apparence du pouvoir, les gens vous le donnent bientôt. »
       Mr Rothschild avait découvert que la monnaie ou les comptes de crédits sur dépôt avaient l’apparence requise du pouvoir qui pouvait être utilisé pour induire les gens (l’inductance, les gens correspondant à un champ magnétique) en échangeant leur réelle richesse contre une promesse de richesse plus grande (au lieu d’une compensation réelle). Ils déposeraient des richesses réelles en échange d’une simple lettre de change. Mr Rothschild vit qu’il pouvait émettre plus de promesses qu’il ne pouvait en rembourser, aussi longtemps qu’il pourrait montrer un stock d’or pour rassurer ses clients.       Mr Rothschild prêta ses lettres de promesses aux particuliers et aux états. Cela devait créer une confiance excessive. Après quoi il rendrait l’argent plus rare, resserrerait le contrôle du système, et collecterait les avoirs contractuellement garantis. Le cycle fut ensuite répété. Ces pressions pourraient être utilisées pour initier une guerre. Il aurait ensuite le contrôle de la disponibilité de la monnaie pour déterminer le vainqueur de la guerre. Le gouvernement qui accepterait de lui donner le contrôle de son économie obtiendrait son soutien.       Le remboursement des dettes serait assuré par l’aide économique à l’ennemi de l’emprunteur. Le profit généré par cette méthode économique permit à Mr Rothschild de multiplier sa fortune. Il découvrit que l’avidité du public permettrait à la monnaie d’être imprimée par le gouvernement au-delà des limites (inflation) de remboursement en métal précieux ou en production de biens et services.
       Dans un tel système, le crédit, présenté sous une forme appelée « monnaie », a l’apparence du capital, mais n’est en fait que du capital négatif, du découvert. Extérieurement, cela a l’apparence de la production de services, alors que ce n’est en réalité que de la dette, de l’endettement. C’est donc une inductance économique (ou incitation économique) au lieu d’une capacitance économique (capacité de production réelle), et faute d’être équilibré d’une autre façon, cela doit être équilibré par la destruction de population (guerre, génocide). La totalité des biens et services représentent le capital réel appelé produit national brut, et la monnaie peut être imprimée à un niveau équivalent en continuant de représenter la capacitance économique; mais la monnaie imprimée au-delà de ce niveau est soustractive, introduit de l’inductance économique, et constitue des notes de créances et de l’endettement.       La guerre est donc l’équilibre du système obtenu en tuant les vrais créditeurs (le public à qui on a dit d’échanger ses véritables valeurs contre de la monnaie surévaluée) et en ayant recours à tout ce qui reste des ressources de la nature et de la régénération de ces ressources.
        Mr Rothschild avait découvert que la monnaie lui donnait le pouvoir de réarranger la structure économique à son propre avantage, de déplacer l’inductance économique vers celles des positions économiques qui encourageraient la plus grande instabilité économique ou oscillation.
       La clé finale du contrôle économique dut attendre qu’il y eut suffisamment de données et un équipement informatique rapide pour garder un regard rapproché sur les oscillations économiques crées par le « price-shocking » et l’excès d’énergie sous forme de crédits-papier (inductance/ inflation).
 

 Découverte décisive        Le champ de l’industrie aéronautique fournit la plus grande évolution en engineering économique par la voie de la théorie mathématique du « shock-testing« . Dans ce procédé, un projectile est tiré à partir d’un avion vers le sol, et l’impulsion du recul est mesurée par des capteurs de vibration disposés sur la carlingue, et branchés à des graphes enregistreurs.        En étudiant l’écho ou les réflexions de l’impulsion de recul sur l’avion, il est possible de découvrir les vibrations critiques dans la structure de l’avion. (…) Du point de vue de l’engineering, cela signifie que les forces et les faiblesses de la structure d’un avion en termes d’énergie vibratoire peuvent être découverts et manipulés.       
 Application en économie        Pour utiliser cette méthode de « shock testing » aéronautique dans l’engineering économique, les prix des produits sont soumis à un choc, et la réaction du public est mesurée. L’écho résultant du choc économique est interprété théoriquement par des ordinateurs et la structure psycho-économique est ainsi découverte. C’est par ce procédé qu’est découvert ce qui définit le ménage familial et rend possible son évaluation.        Dès lors, la réponse du ménage aux chocs futurs peut être prédite et manipulée, et la société devient alors un animal bien régulé avec ses reins sous le contrôle d’un système sophistiqué de comptabilité de l’énergie sociale régulé par ordinateur.        Finalement, chaque élément individuel de la structure en vient à être sous le contrôle d’un ordinateur à travers la connaissance des préférences personnelles, une telle connaissance étant garantie par l’association informatique du code barre avec des consommateurs identifiés (via le numéro de carte de crédit, et plus tard par le tatouage permanent sur le corps d’un numéro invisible sous la lumière ambiante ordinaire). 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s